La reconnaissance au travail

L

Qu’est ce que la reconnaissance ?

Définition de la reconnaissance selon Maslow & Morin : « C’est un sentiment parfois difficile à exprimer, mais chaque personne a conscience du fait qu’elle en a profondément besoin ».

La reconnaissance est un mot plutôt abstrait qui ne peut se définir de façon claire car elle regroupe l’ensemble des signes qui font que les singularités et l’identité de l’autre sont prises en compte (c’est dans un autre que nait le sentiment de soi). Ce serait donc quelque chose de légitime et de réciproque, celui qui reconnait s’attend à être reconnu. 

« Elle s’exprime dans les rapports humains. Elle est fondée sur la reconnaissance de la personne comme un être unique, libre, égal, qui mérite respect, qui connaît des besoins, mais qui possède également une expérience utile ». (Jean-Pierre Brun)

Pourquoi a-t-on besoin de reconnaissance ?

La reconnaissance aujourd’hui a pris une telle ampleur qu’elle est devenue une demande unanime chez les salariés. En effet, le travail est à l’heure actuelle un lieu de vie, on y passe la plupart de son temps et il est pour certains une deuxième maison. 

On peut lui trouver deux significations bien distinctes que sont la reconnaissance par les autres – se voir attester par les autres des capacités et des pratiques confirmées publiquement – et la reconnaissance par soi-même où l’individu existe à travers sa propre reconnaissance de lui-même, il va reconnaitre l’importance et l’utilité de son propre travail et ainsi s’auto-valoriser.

L’homme s’implique dans son travail et de ce fait, lui donne un sens. Si l’une des deux reconnaissances disparait, l’individu peut perdre l’intérêt de la tâche à effectuer. 

La reconnaissance au travail est elle essentielle pour préserver et construire l’identité des individus. Elle donne un sens à leur travail, leur apporte du bien-être, favorise leur développement et leurs performances. Elle existe par l’interaction entre pairs, chacun se juge sur la contribution de la personne aussi bien au travail que dans la vie personnelle.

Le manque de reconnaissance : une plainte récurrente

Ce désir de reconnaissance vient d’un sentiment de perte de sens du travail, d’un désintéressement, d’une baisse de motivation, de prise de risques… Tout ceci s’écartant du travail idéal recherché par l’individu. 

C’est le modèle de l’équilibre effort/rétribution de la psychologie sociale qui a amené l’intérêt de la reconnaissance. La souffrance et le stress au travail seraient des conséquences du déséquilibre entre ce que le travailleur apporte (engagements, efforts, sacrifices) dans son travail et ce qu’il en retire (gratifications matérielles et symboliques) (Siegrist, 1996). Ou quand, dans le cas des services à la personne, il ressent un manque de réciprocité dans l’échange (Schaufeli, 2001).

De nombreuses études empiriques ont montré qu’il existait un lien statistique net entre le fait de penser que l’on donne plus de soi dans son travail qu’on ne reçoit en retour et le fait de déclarer souffrir de stress, de burn out ou de fatigue. 

Une enquête menée par l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) dans trois régions françaises auprès de plus de 6000 salariés a montré que les femmes qui ressentent un décalage entre leur investissement et les gratifications obtenues sont trois fois plus nombreuses (2,5 fois pour les hommes) que les autres à déclarer un trouble psychique (Cohidon, 2009).

Quelles solutions ?

Chaque entreprise met au point des solutions pour améliorer le bien-être des employés et ainsi leur montrer leur reconnaissance. Cela peut aller d’un petit mot d’encouragement jusqu’à la mise en place d’une salle de sport dédiée aux gens de l’entreprise en passant par les pots de départ. Toutes ces attentions mises l’une après l’autre font que l’employé se sent apprécié et reconnu pour le travail effectué et l’effort fourni. C’est un cercle vertueux qui se forme dans le sens où plus l’individu recevra des gestes de reconnaissances, plus il souhaitera travailler et s’améliorer.

[blockquote author=”Charles Taylor, 1997″] La reconnaissance n’est pas seulement une politesse que l’on fait aux gens : c’est un besoin humain vital.
[/blockquote]

About the author

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Add comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Recent Comments