Les ECPA, il n’y a pas que ça !

L

Les psychologues disposent de droits liés à leur formations ainsi que leur titre. Ils peuvent notamment utiliser des test que seuls eux sont habilités à traiter : les ECPA.

Cependant, il faut bien remettre dans les esprits que ces tests sont le fruit de recherches poussées, tant de manière qualitative que quantitative, et c’est ce qui prouve leur fiabilité et validité.

Nous allons expliquer les processus de création d’un test, et vous expliquer pourquoi un test qui ne fait pas parti des Éditions du Centre de Psychologie Appliquée (ECPA) peut aussi être un test valide, fiable et psychologique.

La formation de tests psychologiques

La construction d’un test psychologique est très longue et très rigoureuse. Cela passe par une successions de tests à valider et revalider. On distinguera ici 3 grandes étapes :

  1. Tout d’abord, il faut bien s’assurer que le langage que parlent les professionnels, et les non-professionnels (psychologiquement parlant bien entendu), sera le même. Pour cela on définit tout d’abord les termes, et s’ils sont trop abstrait, on fait une analyse thématique en demandant à un panel représentatif de la population de définir ces termes.

On précisera alors dans la consigne ce que sous-entend tel ou tel mot, s’il y a trop d’écarts de représentation entre les différentes personnes.

  1. Une fois qu’on a posé la définition des termes étudiés, il faut travailler ce que nous appellerons les items, et qui se trouvent être les questions : Il faut en effet s’assurer qu’elles soient bien posées, fassent référence à la bonne dimension, etc.

On pourra alors choisir d’inverser les questions (les mettre sous formes négatives), ou pas, en fonction de l’effet qu’on souhaite obtenir, observer ou éviter.

  1. Arrive ensuite une phase plus longue et délicate : On commence à faire passer le test en question à un échantillon représentatif de la population. Plus cet échantillon est élevé, plus la mesure du test sera précise, et meilleures seront la fiabilité et validité du test. Cependant, lors de cette phase, on s’aperçoit souvent que certains items ne sont pas corrects, dans ce cas, on garde ceux qui sont bons, et on change les items défectueux. On procède alors à un re-test sur un nouvel échantillon représentatif de la population. On répétera cette opération jusqu’à ce que tous les items soient validés.

Cette phase peut-être assez longue, mais une fois terminée, le test est correctement constitué, il est fiable et valide.Notre test est alors prêt pour être utilisé sur toute la population.

 

Ce qui se cache derrière le logiciel Vadequa.

La solution Vadequa est fiable, valide et approuvée sur une population de plus de 15 000 personnes.

Mais comment peut-on en conclure qu’il s’agisse d’un test psychologique ?

La réponse est simple : nous nous sommes appuyés sur des théories psychologiques.

Par notre expérience, nous pensions qu’une personne qui partagerait la même vision qu’une entreprise, serait alors beaucoup plus adéquate pour travailler avec, et pour celle-ci. Nous nous sommes alors renseignés, et après maintes recherches, nous sommes tourné vers l’adéquation culturelle.

Les personnes abritent des pensées, des valeurs, des rites. Ce sont autant de phénomènes abstraits qu’il est difficile de les définir professionnellement. Pourtant l’ensemble de ces pratiques, de ces discours, et de ces manifestations physiques de phénomènes psychologiques portent un nom lorsqu’elles sont partagées dans le milieu professionnel au sein d’une entreprise : il s’agit de la « Culture d’Entreprise ».

Cette culture d’entreprise, lorsqu’elle est en adéquation avec les valeurs du candidat, permet d’obtenir de meilleurs résultats : “En moyenne une entreprise qui partage sa culture avec ses salariés est 6 fois plus performante” (John P. Kotter et James L.Heskett).

Les recherches que nous avons effectuées nous ont alors menés vers de grandes théories psychologiques américaines, notamment le diagramme de Quinn qui reprends les valeurs et efficacités organisationnelles, ainsi que sur les valeurs personnelles de Shalom Schwartz. Nous avons avons mis en corrélation ces valeurs, pour permettre de garantir au mieux l’adéquation entre les valeurs que prône et recherche une personne, et celles qui constituent une entreprise.

Car à choisir, nous pensons qu’il est préférable de travailler avec une personne compétente et dans la même longueur d’onde que soi-même, plutôt qu’avec une personne compétente seulement. A présent, êtes-vous un peu plus convaincu par Vadequa ?

About the author

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Add comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Recent Comments