Choisir son entreprise : le casse tête des candidats

C

De nos jours, la sélection, le recrutement et l’intégration d’un salarié deviennent des enjeux difficiles et stratégiques.

Il faut que la personne sache s’adapter à l’environnement et qu’elle partage les valeurs, la culture et la manière de travailler de l’entrepise. Les compétences requises ne suffisent plus et il en devient de plus en plus délicat de trouver le bon candidat.

Par manque de temps, les entreprises sont parfois amenées à précipiter leur choix lors du recrutement. L’analyse en profondeur de la personnalité des candidats n’est pas toujours réalisée ce qui révèle au fil du temps une inadéquation avec la culture de l’entreprise et les autres personnalités qui la compose. Il est alors important pour éviter ce problème d’informer le plus tôt possible le candidat sur l’entreprise, sa culture, ses valeurs, son environnement, ses projets et ses acteurs.

C’est pour ces raisons-là, qu’il serait préférable que les candidats soient amenés à sélectionner l’entreprise qui leur convient au préalable de tout recrutement. Pour faciliter son adaptation, rien de mieux que de choisir son entreprise.

Cependant, pour ce faire, il faudrait une analyse sérieuse, la plus juste et transparente possible des entreprises. Cette éventuelle démarche permettrait de pallier  à un manque d’attractivité de certaines entreprises auprès des candidats. Le principal avantage pour les candidats serait une amélioration du vécu de la recherche d’emploi et de son efficacité. Visualiser sa future entreprise permettrait ainsi de réduire sa prise de risque, en limitant l’inconnu, et de prendre une décision en toute connaissance de cause au-delà d’un simple feeling.

La communication du recrutement faite par l’entreprise risque de proposer une description avantageuse et erronée de la réalité.

C’est pourquoi une analyse externe à l’entreprise mais surtout en parfaite cohérence avec l’image réelle et la culture de celle-ci permet de ne pas exagérer dans sa présentation et de ne pas négliger les points faibles et les défauts pour éviter la démobilisation du salarié.  Identifier les forces et les faiblesses permet une mise en avant d’une identité forte et originale et pas seulement d’assurer une promotion de valeurs communes et banales à toutes les entreprises.

De plus, ne pas communiquer l’image de l’entreprise risque de laisser apparaître des discours contraires et de la polluer.

L’entreprise ne doit ainsi pas craindre de dire la vérité sur les enjeux et les difficultés associées au poste. En effet, le manque de transparence dans l’expression des besoins et dans les valeurs de l’entreprise peuvent conduire aussi à de mauvais résultats, voire à un échec de l’intégration.

La transparence permettrait d’éviter des « erreurs » de casting en donnant la possibilité aux candidats de visualiser au préalable le fonctionnement de la société et d’être recruté en toute connaissance de causes. Cette évolution des supports de communication aboutirait ainsi à un recrutement plus efficient avec des candidatures bien ciblées (affinage des profils et gain de temps dans le recrutement).

La communication  et l’information sont perçue très positivement. Le principe de transparence valoriserait ainsi l’entreprise aux yeux des candidats.

Selon Thierry Baux (fondateur-gérant de B-Ressource), « Dire la vérité, vendre son entreprise sans l’idéaliser, fera seulement fuir les candidats qui ne sont pas prêts à travailler avec vous ».

Le manque de transparence est signe de dissimulation et la dissimulation est suspecte.

About the author

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Add comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Recent Comments