Burn-out : maladie professionnelle ou accident de travail ?

B

C’est quoi le burn-out ?

De plus en plus de salariés sont victimes du burn-out. Ce terme anglais, signifie carbonisé. Mais par quoi pourrait-être carbonisés les salariés ? Vous êtes victime de burn-out lorsque vous subissez un épuisement professionnel. On vous en demande toujours plus, la quantité est privilégiée à la qualité. Votre employeur vous donne toujours plus de travail alors que vous n’avez pas fini vos missions précédentes et vous donne des délais de plus en plus courts pour les réaliser. Vous commencez à vous désintéresser complètement de votre travail, que vous adoriez pourtant quelques mois auparavant. Votre charge de travail et/ou l’ambiance qui y règne, vous mettent dans un état de stress permanent. Qui dit stress dit insomnie, prolongée sur plusieurs mois, vous tombez dans un état de fatigue énorme, à force d’encaisser, vous finissez par imploser.

Le burn-out est-il un accident de travail ?

En tant que salarié, vous êtes victime d’un accident de travail lorsque vous avez subi une lésion ou un traumatisme par la survenance d’un accident lié à votre travail. L’accident de travail peut être aussi bien une plaie, qu’une brûlure ou qu’une perforation à un organe. Il peut donc être visible ou non. Comme traumatisme « invisible », on peut y inclure les traumatismes psychologiques. De tels traumatismes peuvent avoir lieu à la suite d’un choc émotionnel qui pourrait intervenir à la nouvelle d’une éventuelle perte d’emploi. L’accident de travail pour être reconnu, doit donc nécessairement avoir un lien avec votre travail, peu importe qu’il soit intervenu ou non, sur votre lieu et pendant vos heures de travail.

Pour que le burn-out puisse être considéré comme un accident de travail, il faudrait qu’il s’analyse en un traumatisme psychologique. Or un état de fatigue semble difficilement s’intégrer dans cette notion. Pourtant, la notion d’accident du travail est retenue par les juges pour une dépression sévère ou encore le suicide d’un salarié dès lors qu’ils avaient un lien direct avec le travail du salarié. En effet, le simple stress, aussi désagréable soit-il ne peut être considéré comme un accident de travail. Tous les salariés de France pourraient se faire dédommager en affirmant qu’ils sont victime d’un accident de travail !

Toutefois, le burn-out pourrait être le début d’une spirale qui pourrait vous mener à bien plus loin qu’un simple épuisement professionnel. Vous devez prendre des dispositions pour trouver une solution avec votre employeur pour que celui-ci vous décharge de la masse de travail quotidienne qu’il vous donne. Il est aussi dans son intérêt qu’il ne vous condamne pas à une dépression fulgurante et même à un suicide en refusant de changer vos conditions de travail. C’est dans ces malheureuses hypothèses que le burn-out pourra être le premier pas vers l’accident de travail.

Le burn-out est-il une maladie professionnelle ?

Vous êtes victime d’une maladie professionnelle lorsque votre travail est la cause directe et essentielle de la maladie. La loi expose toutes les maladies professionnelles dans des tableaux. Les maladies qui y sont présentes sont présumées être professionnelles. Cela signifie que lorsque vous répondez aux conditions qu’énoncent le tableau, vous n’avez pas à prouver le lien de causalité entre la maladie dont vous êtes victime et votre travail pour pouvoir être indemnisé au titre de la maladie professionnelle.

Les conditions qui doivent être remplies sont le délai de prise en charge et les travaux susceptibles d’avoir causés la maladie. Le délai de prise en charge est la période pendant laquelle la maladie doit s’être manifestée et constatée par un médecin, après la cessation de l’exposition au risque.

On peut prendre l’exemple d’une tumeur à la vessie. Cette maladie est présumée être une maladie professionnelle si votre travail consistait à effectuer des travaux de ramonage. La maladie devra s’être manifestée et être constatée médicalement dans les 30 ans après que vous ayez arrêtez de pratiquer cette activité. Pourtant, le stress n’est pas une maladie présente dans le tableau. En effet, comment considérer que le stress pourrait être une maladie ?

Toutefois, la dépression est une maladie. Un stress intense et constant peut mener à une dépression nerveuse. De plus, une maladie peut être considérée comme étant professionnelle si elle n’est pas mentionnée dans le tableau dans le cas où elle est directement liée au travail et qu’elle a entraîné le décès ou une incapacité permanente d’au moins 25%. Encore une fois, le burn-out lui-même ne pourra pas être considéré comme une maladie professionnelle, il est susceptible de le devenir s’il n’est que la première étape dans la descente aux enfers du salarié.

About the author

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Add comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Arnaud Knobloch

Geek & Entrepreneur

Recent Comments